Fabrique de sens
 
Accueil > A l’appui > Extension du Palais de la Découverte, enquête auprès d’enseignants et (...)

Extension du Palais de la Découverte, enquête auprès d’enseignants et chercheurs, 1963

Document numérisé et saisi à l’identique par rapport à l’original, par Taos AÏT SI SLIMANE.

La ponctuation, les lettres capitales, les paragraphes, les sous-titres, etc., sont ceux du document source.

EXTENSION DU PALAIS DE LA DÉCOUVERTE

Résultats de l’enquête menée auprès des professeurs de sciences et chercheurs inscrits au répertoire des laboratoires de recherche scientifique

Lors de la réunion du Comité de direction scientifique du Palais de la Découverte du mercredi 2 octobre 1963, P. PIGANIOL, ancien Délégué Général à la Recherche Scientifique et Technique, que le Comité avait prié de venir, annonçait qu’il était chargé par le Gouvernement, de faire une étude en vue de la constitution d’un grand Musée Scientifique et Technique. Cette étude devrait être menée rapidement afin d’obtenir l’inscription du projet au Ve plan, dès le printemps 1964. Il fût alors décidé d’entreprendre une vaste enquête auprès des milieux scientifiques français :

1058 lettres ont été envoyées à des professeurs et des chercheurs. Un rapport préliminaire du Directeur du Palais de la Découverte, exposant ce qu’avait été, à sa création, cette première maison des sciences et les grandes lignes de son développement futur, y était joint.

109 réponses nous sont parvenus à ce jour.

Le projet d’extension du Palais de la Découverte, et du Conservatoire National des Arts et métiers, leur juxtaposition, sont unanimement approuvés.

Les propositions formulées par M. BAYEN, Directeur du Palais de la Découverte, sont favorablement accueillies dans leurs grandes lignes. Parmi ces réponses, certaines apportent des suggestions d’ordre général qui viennent compléter ces propositions ; presque toutes ajoutent des présentations et des expériences nouvelles concernant le domaine spécialisé de leur auteur.

Enfin, la plupart des chercheurs et professeur consultés attachent suffisamment d’importance au projet pour désirer contribuer à sa réalisation dans toute la mesure de leurs possibilités et offrent, sans réserve, leur collaboration pour le montage et la mise en point des expériences ou des présentations qu’ils proposent.

Cependant, d’une façon générale, on estime que l’extension du Palais de la Découverte doit entrainer non seulement une augmentation considérable des surfaces destinées aux présentations, mais une rénovation presque totale de celles-ci, en sachant arriver à une conception plus synthétique des grandes sections, montrant des dépendances étroites des différentes sciences les unes par rapport aux autres.

Il faut, aussi, souligner les liens indissolubles qui unissent dans le monde moderne les Sciences Pures et les Sciences Appliquées, les expériences fondamentales de chaque science et les grandes réalisations techniques qui en sont l’aboutissement ; présenter à côté des grandes découvertes scientifiques les outils et les instruments qui ont permis de les réaliser ; enfin, ne jamais oublier de montrer comment, pour chaque courant d’idée, et par quels intermédiaires, on passe des premières théories originelles à leur aboutissement provisoire. Pour tous, semble-t-il, c’est là l’une des tâches essentielles du Palais de la Découverte.

Les Tâches du Palais de la Découverte

Dans son rapport, le Directeur du Palais de la Découverte définit ces tâches telles qu’elles étaient comprises dans le programme primitif. Diverses suggestions nouvelles viennent s’ajouter à ces définitions.

Nous énumérons ci-dessous les principales, sans citer les auteurs :

  • Le Palais de la Découverte devrait aider les professeurs de faculté à réaliser leurs expériences en cours. En effet, ces expériences, qui sont indispensables pour compléter tout enseignement scientifique universitaire, tendent de plus en plus à disparaître, malgré leur importance. Plusieurs raisons peuvent expliquer cet abandon :
    • les professeurs et les assistants ont des horaires très chargés ;
    • les laboratoires de recherche, où se préparent les expériences sont fréquemment éloignés des lieux d’enseignement ;
    • certaines de ces expériences sont délicates à réaliser et très coûteuses. Dans quelques domaines, celui de la Chimie Organique par exemple, il n’existe pratiquement pas de manuel expliquant comment procéder à des expériences souvent très difficiles ;
    • il n’existe pas de jeux d’appareils standardisés pour les expériences de cours ; les films qui pourraient expliquer les plus difficiles sont rares.

Le Palais de la Découverte pourrait apporter une aide précieuse aux professeurs de faculté :

    • en assumant une tâche de normalisation et en demandant à des fabriques de verrerie scientifique de mettre en vente des appareils standardisés et bien étudiés ;
    • en faisant ronéotyper des textes décrivant des expériences en cours ;
    • en envoyant des démonstrateurs dans les universités et en organisant au Palais des stages pour les assistants de faculté ;
    • en réalisant de nombreux films.
  • l’un des rôles essentiels du Palais de la Découverte et d’éveiller les vocations chez les jeunes doués pour l’abstraction en les orientant vers la recherche pure et la connaissance désintéressée, et non pas vers les seules écoles d’ingénieurs.
  • Il appartient au Palais de la Découverte de développer le plus possible la vulgarisation scientifique et de former, à cette fin, de bons vulgarisateurs qui seraient accueillis dans les Universités de Province comme des « ambassadeurs » du Palais.
  • Le Palais devrait devenir l’informateur du public dans le domaine scientifique en lui offrant, au sujet de chaque question mise en vedette par l’actualité, l’ensemble d’éléments d’information et d’explication indispensable.
  • Enfin, il serait bon de faire connaître aux visiteurs les différentes possibilités d’accéder à un enseignement postscolaire dans le domaine scientifique (enseignement par correspondance – télé-enseignement).

Les Conseils du Palais de la Découverte

Les Conseils des différentes sections du Palais de la Découverte réunissent des spécialistes très éminents, mais, à quelques exceptions près, tous sont parisiens. D’une façon générale, les professeurs de province souhaitent que leurs universités prennent une plus grande part à ces conseils. Ils désirent que certaines personnalités scientifiques de province soient nommées dans chacune des sections afin d’intervenir dans la gestion et l’organisation du Palais de la Découverte ; et qu’en outre, les Universités provinciales aient, grâce au Palais, la possibilité de faire connaître leurs activités les plus remarquables.

Il convient de signaler que des efforts ont déjà été faits dans ce sens par le directeur du Palais. C’est ainsi que M. LÉVEILLÉ avait organisé un cycle de conférences sur l’activité scientifique des facultés de province, cycle confié aux doyens de des facultés. Ces conférences avaient été éditées et diffusées avec un tel succès que le tirage en fût rapidement épuisé.

Le directeur actuel avait adressé, en février 1961, aux professeurs de sciences de toutes les facultés, une lettre par laquelle il les conviait à lui signaler les résultats les plus marquants obtenus chaque mois dans leur laboratoire afin de les porter à la connaissance du public dans la salle d’Actualités du Palais.

Par ailleurs, certains correspondants soutiennent que les Conseils devraient comprendre, outre des personnalités scientifiques, des spécialistes des sciences humaines, des industriels et toutes les personnes dont les compétences intéressent la bonne marche de la maison, tels que les architectes, décorateurs, professionnels de la publicité, etc.

Étant donné l’importance des Sciences de la Terre, la création d’une section « Sciences de la Terre », dotée de son propre conseil, est demandée,

Les Sections du Palais de la Découverte

C’est la rubrique qui attire le plus grand nombre de suggestions nouvelles, de commentaires et de remarques.

  • Mathématiques
    • Il conviendrait de développer une sous-section sur l’Histoire des Mathématiques que les lycéens connaissent très mal ou pas du tout : elle comprendrait des portraits des mathématiciens les plus célèbres avec un résumé de leur œuvre.

Il serait d’autre part très intéressant de montrer, à l’aide de quelques tableaux, que la statistique est une des branches les plus importantes des mathématiques appliquées. Enfin, les notions de limite, d’intégrales et de dérivées devraient être présentées de façon suggestive.

    • Le Palais de la Découverte devrait disposer d’une ou deux petites calculatrices électroniques qui permettraient aux lycéens de s’initier à leur maniement.
  • Astronomie
    • On propose la création d’une grande section « Astronomie et Géosciences ». Elle engloberait : astronomie, géophysique, géologie, géographie et astronautique.

La surface à prévoir serait de 5000 m2

D’autre part, il serait souhaitable de mettre en place une section spatiale. Mais les sciences spatiales comprenant l’astronomie, la physique de l’atmosphère et la physique du globe, il ne serait pas logique de dissocier l’astrophysique de la géophysique.

Il faudrait faire apparaître dans cette section que les fusées, satellites et sondes spatiales, malgré leur importance et leur « célébrité » sont avant tout au service des sciences fondamentales que nous venons de citer.
-  **Il faudrait également montrer que les sciences spatiales ont rendu possible des applications techniques dont l’importance est encore trop peu connue, telles que satellites de télécommunication, satellites de navigation, satellites de géodésie, satellites météorologiques, …
-  ** On suggère la création d’un Observatoire d’Astronomie populaire destiné à accueillir, en particulier, les clubs scientifiques fuies de jeunes.
-  ** On devrait pouvoir mettre à la disposition des visiteurs un véritable télescope. D’une façon générale, ceux-ci devraient pouvoir manipuler des appareils suffisamment robustes pour résister à leurs expériences.

  • Physique
    • Une présentation plus synthétique de la physique centrée, d’une part sur l’exposé des principes, d’autre part sur leur application aux propriétés des atomes serait à envisager. Elle comprendrait
      • 1°) L’histoire de la physique ;
      • 2°) Les lois de la Physique avec les sous-chapitres classiques de la mécanique et de l’électromagnétisme ; et des subdivisions qui s’appelleraient électrostatique, magnétostatique, électro­ cinétique, induction, courants alternatifs, chaleur, optique ;
      • 3°) L’Atome isolé ;
      • 4°) Les association d’atomes ou les différents états de la matière : les solides (cristallographie, chaleurs spécifiques, conductibilité, défauts de réseaux, etc.) ; les liquides ; les gaz ; les plasmas ;
      • 5°) La Physique nucléaire.
    • On pense également à une division de la physique non plus seulement suivant les disciplines classiques (électricité, acoustique, thermodynamique, …), mais aussi suivant l’état de la matière :
      • physique des états condensés (plus particulièrement physique de l’état solide) ;
      • physique des états dispersés (plus particulièrement physique de l’état gazeux).
    • Plusieurs sous-sections sont jugées souhaitables :
      • 1 section consacrée à la mécanique ondulatoire, sa genèse et ses applications ;
      • 1 section de Cybernétique ou d’Automatique ;
      • 1 section sur la Physique du solide ;
      • il conviendrait, en outre, de faire une place aux ultra­ sons, à la psycho-acoustique, à l’élasto-dynamique, à la rhéologie des solides, aux ondes de choc.
  • Sciences de la Terre Une grande section « Sciences de la Terre » est proposée Elle comprendrait :
    • Géophysique
    • Géologie
    • Géologie appliquée
    • Minéralogie, Pétrographie
    • Géochimie
    • Géographie : Paléographie

On pourrait également y présenter une collection d’échantillons minéraux.

    • La liste des sciences géologiques semble incomplète. Il conviendrait d’y ajouter : la glaciologie, la vulcanologie, la géomorphologie, la pédologie, la recherche des gîtes minéraux et métallifères.
    • On suggère d’autre part les divisions suivantes :
      • Structure du globe terrestre : évolution générale, structure générale, l’écorce, le manteau, le noyau ; structure sous les océans, structure sous les continents ;
      • Géochimie ;
      • Phénomènes géologiques  :
        - Dynamique interne : tectonique, volcanisme, formations des filons ;
        - Dynamique externe : phénomènes marins, éoliens, glacières, eaux superficielles ; eaux souterraines (hydrogéologie).
    • L’Océanographie, qui est actuellement répartie dans 3 sections différentes (géophysique, géologie, science de la vie), mériterait une section spéciale en raison de son énorme développement récent.
    • On conseille la création d’une section consacrée à la Pédologie, science nouvelle très développée à l’étranger, mais encore beaucoup trop négligée en France.
    • Il serait intéressant de faire une place à une section « Science et archéologie » mettant en valeur les nombreuses techniques utilisées par l’archéologie.
    • La géologie gagnerait à être présentée, non pas avec ses divisions classiques, mais sous forme de grands thèmes qui « accrocheraient » l’attention du public. Par exemple : « L’homme et la découverte des matières premières » ; « La mesure du temps en géologie » ; « La construction des grands ouvrages d’art et la géologie ».
    • La création d’un secteur « Homo Faber », qui synthétiserait une démarche de la pensée est suggérée. Ce secteur montrerait l’emploi par l’homme, depuis les temps préhistoriques, des matériaux minéraux naturels à des fins utilitaires. Il pourrait s’inscrire dans le programme Pétrographie-Minéralogie et également celui des Sciences Humaines. Sa création exigerait la collaboration du Muséum d’Histoire naturelle, des Écoles des Mines, du BRGM, du CEA et des Instituts spécialisés en sciences humaines.
    • Il serait intéressant d’inclure dans la section de Géophysique, une sous-section « Géochronologie » qui exposerait les différentes méthodes modernes de datage, tout particulièrement celles qui reposent sur les mesures isotopiques et sur les mesures de décroissance nucléaire.
  • Chimie Plusieurs professeurs pensent que la part faite à la chimie est trop faible.
    • Il est conseillé de diviser la chimie physique en deux sous-sections :
      • 1) Chimie physique des individus : atomes, ions, radicaux, molécules, réseaux cristallins ;
      • 2) Chimie des systèmes, solides non-cristallins, liquides, gaz. On y montrerait comment l’utilisation des lois statistiques, jointe à la connaissance des structures individuelles, peut faire prévoir toutes les propriétés chimiques. La chimie physique, présentée de cette façon, annexerait la mécanique ondulatoire (prévue en optique) et l’atomisme (classé dans la section chimie).
    • Certaines spécialisations en chimie, telles que la chimie du pétrole ; la chimie de la houille, mériterait une rubrique particulière.
    • En outre, on devrait prévoir une section « chimie industrielle ». Cette section pourrait être illustrée avec le concours de grandes entreprises pour l’installation de maquettes relatives à certaines de leurs procédés de fabrication.
    • Le génie chimique, dont les activités consistent essentiellement à appliquer à l’industrie chimique les principes de la chimie-physique et de la physique, mériterait une place importante. Il serait particulièrement facile, dans cette section, de montrer les liens existant entre les expériences de laboratoire et les réalisations industrielles.
  • Les Sciences de la Vie
    • Il est remarqué que la Microbiologie ne tient pas de place très grande : cela est regrettable pour la France, pays de Pasteur.

Si cette section est créée, il faudrait y montrer que les microbes pathogènes ne représentent qu’une faible partie de monde microbien et mettre en évidence le rôle important que jouent dans la nature les microbes saprophytes.

Il est suggéré de donner à cette section un titre susceptible d’attirer les visiteurs : « Le monde microbien en action ». Cette rubrique serait divisée en deux parties :

      • 1) les propriétés des micro-organismes : leur découverte ; les méthodes microbiologiques, la place des micro-organismes dans le monde vivant ; l’anatomie de la cellule microbienne ; croissance des micro-organismes, action du milieu sur la croissance ; physiologie microbienne ; les virus bactériens ; génétiques bactériennes.
      • 2) Microbiologie appliquée ou l’Écologie microbienne : microbiologie industrielle ; altérations microbiennes des produits manufacturés ; microbiologie alimentaire ; microbiologie des eaux ; les microorganismes agents géochimiques ; microbiologie du sol ; phytopathologie ; microbiologie marine ; utilisation des micro-organismes pour les essais biologiques.
    • Il conviendrait, peut-être, de rapprocher les Sciences de la Vie des Sciences Humaines pour tout ce qui concerne l’économie naturelle, la conservation de la nature et l’écologie ; afin d’expliquer la Géographie humaine, les aménagements souhaitables, et d’introduire à une conception prospective de l’Économie Politique.
    • Il serait bon d’informer le public des techniques relevant du marquage des mammifères et des oiseaux, le renvoi des bagues et autres marques étant essentiel pour les études statistiques.

Les recherches dans ce domaine pourraient être présentées en quelques tableaux, dans le cadre de la section Écologie.

    • On pourrait accorder une place à la Biospéléologie : on en présenterait l’historique ainsi que les animaux cavernicoles les plus remarquables.

Sur le plan muséologie, les progrès spectaculaires des techniques d’inclusion d’animaux ou de végétaux dans des matières plastiques transparents sont signalés.

    • Il serait souhaitable de faire comprendre que la biologie est une science de synthèse, qui fait appel aux données des diverses sciences fondamentales.

La présentation des connaissances de base de la biologie nécessiterait une place très importante, mais on pourrait palier à l’insuffisance de surface disponible en présentant le sujet en plusieurs expositions temporaires au cours de l’année.

  • Les Sciences Agronomiques
    • Plusieurs correspondants s’étonnent qu’une place importante ne soit pas accordée aux Sciences Agronomiques alors que la recherche agronomique, en France, est une recherche fondamentale importante et originale.

Un certain nombre de professeurs de l’I.N.A et de l’I.N.P.A seraient disposés à apporter tout le concours pour la réalisation de cette section.

    • par ailleurs, on souligne que l’écologie est une nouvelle science-carrefour importante qui ne doit pas être oubliée.
  • Médecine
    • Plusieurs sous-sections seraient à ajouter :
      • La Pharmacodynamie qui se prête à d’admirables démonstrations, complétant celles de physiologie animale ;
      • Les zoonoses ou « Pathologie comparée », traitant des maladies transmissibles des animaux à l’homme ;
      • L’Hygiène, discipline essentielle au moment où la médecine préventive prend socialement une si grande place.
    • On devrait faire mention de la psychiatrie ou de la psychologie médicale : la psychopharmacologie et la psychologie expérimentale de prêteraient à des présentations intéressantes.
    • Une exposition sur l’Allergie et ses mécanismes susciterait certainement un intérêt très vif.
    • Il Serait don de développer les expositions sur les acquisitions récentes de la médecine française.

Un certain nombre de sous-sections consacrées à l’audition, la neurochirurgie, les maladies de la peau, les brûlures et leurs traitements modernes, les maladies du sang, la rhumatologie seraient à envisager.

    • Enfin, il ne faudrait pas oublier les maladies dues à des virus.
  • Gaz de France - Ponts et Chaussées Signalons que, d’une part le Gaz de France, d’autre part les Travaux Publics et les Ponts et Chaussées, dont les directeurs de recherche avaient été consultés, offrent sans réserve la collaboration de leurs services techniques et de leurs laboratoires pour le montage de maquettes ou d’expériences concernant les spécialités et les disciplines qui entrent dans le cadre de leurs recherches respectives.
  • Les Sciences Humaines Des professeurs des Facultés des Lettres de Clermont, Poitiers, Rennes, Strasbourg et Toulouse nous ont transmis des propositions très intéressantes qui pourraient constituer la base de cette section.

La psychologie et la linguistique, en particulier, semblent pouvoir se prêter à de nombreuses expériences et présentations.

-*-

Les autres propositions de M. BAYEN remportent une approbation unanime, le plus souvent sans commentaire. Cependant quelques-unes ont davantage retenu l’attention de certains correspondants qui en soulignent l’intérêt ou l’importance.

Section pour enfants

-  Le Palais se doit d’attirer un public jeune et même très jeune.
-  C’est dans cette section que devrait être présentée l’histoire des techniques. Les jeunes générations, nées au milieu des techniques modernes, ignorent le plus souvent ce qu’ont été les débuts de ces techniques et par quels chemins on a pu y arriver aux aboutissements qui, dans notre monde actuel, font partie de la vie de tous les jours. Des expositions vivantes aideraient les enfants à se représenter les lents progrès de l’évolution dans tous les domaines.

Jardin

-  On souhaiterait qu’une surface plus grande fût prévue pour le jardin.
-  La création d’un jardin d’essais, où il serait possible de réaliser de nombreuses petites expériences très simples, est tout particulièrement appréciée.

Bibliothèque

-  La bibliothèque devrait mettre à disposition des visiteurs une collection d’ouvrages généraux, jusqu’au niveau de la licence.
-  Elle devrait pouvoir dépouiller et prêter, sinon la totalité des revues scientifiques et des ouvrages scientifiques, tout au moins les ouvrages de base et les revues d’un niveau élémentaire ou moyen.

En outre, il serait don qu’elle soit en mesure de vendre, à bas prix, des notices décrivant les expériences faites au Palais : les visiteurs tireraient ainsi un profit plus grand des démonstrations.

Petites salles pour auditions de disques

-  Parmi les textes originaux des “classiques scientifiques” qui mériteraient d’être enregistrés, on signale la fameuse leçon de Pasteur sur sa découverte de l’asymétrie moléculaire.
-  Une de ces petites salles serait particulièrement utile dans la section d’Astronomie.

Cinéma – Radio - Télévision

Le Palais de la Découverte, pour un grand nombre des professeurs consultés, doit utiliser toutes les possibilités que lui offrent les moyens audio-visuels. Mais il doit surtout s’attacher à développer la production des films scientifiques qui sont malheureusement trop peu nombreux en France.
-  Une équipe, animée par le Directeur du Palais de la Découverte, devrait entreprendre cette tâche, difficile certes, mais indispensable. On pourrait commencer par la « traduction » de quelques films étrangers ; et en tout cas, présenter régulièrement au public les productions récentes de l’Office des Films de Recherche Scientifique.
-  Une équipe de metteurs en scène scientifiques se pourrait-elle pas être attachée au Plais et y travailler à plein temps ?
-  La réalisation de bons films sur les expériences difficiles à monter en amphi serait particulièrement utile.
-  Dans domaine de l’Astronomie, toute une série de films devrait être à la disposition du public pour examen par petit écran.
-  Il appartient au Palais de la Découverte de constituer une filmothèque groupant les films d’enseignement, de tous les degrés, réalisés par les organismes officiels, ou même par les industries privées : cette sorte de « bibliothèque nationale » du film scientifique serait la bienvenue.
-  Le Ministère des Travaux publics possède de nombreux films techniques ou didactiques qu’il pourrait prêter au Palais pour les séances de cinéma périodiquement organisées.

Clubs scientifiques de jeunes

C’est une proposition approuvée, sans aucune réserve.

Trains - expositions

Ils sont indispensables pour faire participer le public provincial à la vie du Palais ; en outre, ils apporteraient une aide considérable à l’enseignement dans les villes de province.

Atmosphère générale

Pour beaucoup, c’est un point très important, qui doit en aucun cas être négligé.

Le visiteur doit pouvoir trouver au Palais tout le confort désirable ; aucun effort ne doit être épargné pour faciliter son repos. L’installation d’une cafeteria, dans une salle haute, claire et calme, où il pourra se restaurer en même temps que se détendre, fait partie des aménagements qu’il faut considérer comme indispensable.

-*-

Comme nous l’avons signalé au début de cette note, des suggestions d’ordre général, dignes d’intérêt, viennent compléter les propositions de M. BAYEN.
- Il serait souhaitable que le Musée des Travaux Publics, créé en 1937 à l’occasion de l’Exposition universelle, et qui fût supprimé par la suite, faute de locaux, fût recréé dans le cadre du Grand Musée scientifique et Technique envisagé.
- La publicité faite par le Palais semble nettement insuffisante. On conseille quelques moyens pour lui donner plus d’ampleur :

  • La presse, la radio et la télévision devrait informer le public des possibilités offertes par le Palais. Les conférences, en particulier, devraient être annoncées par tous les journaux, et non pas seulement par quelques hebdomadaires à tirage limité.
  • Une conférence annuelle d’information dans les Facultés, les écoles d’ingénieurs et les lycées, accompagnée d’un film montrant les salles les plus remarquables du Palais et quelques expériences spectaculaires serait un moyen efficace d’éveiller la curiosité des jeunes ; parallèlement, une conférence annuelle pourrait être diffusée par Radio-Université à une heure de vaste écoute.
  • Enfin, dans chaque établissement, un professeur « correspondant » pourrait établir la liaison entre le Palais d’une part, les lycéens ou étudiants d’autre part.
    - Plusieurs des professeurs consultés insistent sur le fait que les réalisations industrielles les plus remarquables doivent être présentées au Palais. Il serait peut-être possible d’organiser une exposition permanente de matériel scientifique qui permettraient aux constructeurs de présenter certaines de leurs réalisations, sous réserve d’effectuer pour le public des expériences de démonstration.
    - La représentation définitive de l’ensemble des techniques étant impossible, il serait bon d’organiser des présentations temporaires qui se succèderaient régulièrement, et viseraient chacune un secteur déterminé de l’activité industrielle.

-*-

Liste des professeurs et chercheurs, ayant répondu à la lettre-circulaire du 12/12/63

ASTRONOMIE

-  MICHARD R., Astrophysique solaire, Paris
-  PECKER J. C., Astrophysique générale, Paris
-  SCHATZMAN G., Astrophysique approfondie, Paris

ASTRONAUTIQUE

-  COULOMB J., C.N.E.S., Paris

CHIMIE

-  BRUSSET H., Génie chimique, Paris
-  CHAIGNEAU M., Analyse des gaz, Paris
-  CHENE N., Chimie papetière, Grenoble
-  DESTRIAU M., Chimie physique, Bordeaux
-  DUPONT J., Chimie appliquée, Paris
-  ETIENNE A., Chimie industrielle, Paris
-  GASTAMBIDE B., Chimie organique, Paris
-  GILBERT J., Chimie physique, St Étienne
-  GUERIN H., Chimie industrielle, Paris
-  JACQUEMAIN R., Chimie organique, Besançon
-  JANOT N., Chimie substances naturelles, Paris
-  LE GOFF P., Génie chimique, Nancy
-  LOMBARD R., Chimie organique, Strasbourg
-  LOUREU H., Laboratoire police, Paris
-  PAQUOT C., Lipochimie, Paris

PHYSIQUE

-  AUGER P., Physique cosmique, Paris
-  BAUER E., Physique nucléaire, Paris
-  BRISSEAU P., Physique du solide, Grenoble
-  CHASTEL R., Physique nucléaire, Bordeaux
-  CURIEN H., Minéralogie, Paris
-  DEHORS R., Électronique, Lille
-  DELAPALME B., Physique nucléaire, Grenoble
-  DUCROS P., Cristallographie, Grenoble
-  DAUDEL R., Physique atomique, Paris
-  D’ESPAGNAT B., Physique théorique, Paris
-  KRAVTCHENKO J., Mécanique des fluides, Grenoble
-  LAGASSE J., Génie électrique, Toulouse
-  LEVEQUE P., Physique nucléaire, Paris
-  MATHIEU J. P., Spectroscopie, Paris
-  MAYER A., Liants hydrauliques, Paris
-  MESNAGE P., Chronométrie, Besançon
-  NEEL L., Physique du solide, Grenoble
-  PEREZ J.P., Physique générale, Lille
-  PIRONNEAU Y., Théorie des vibrations, Nantes
-  PLATEAU J., Physique du solide, Paris
-  RERAT C., Cristallographie, Paris
-  ROTH E., Isotopes stables, Paris
-  SALESSE M., Métallurgie, Paris
-  SCHILTZ J. Physique générale, Lille
-  SCHWARTZ B., Physique du métal, Nancy
-  TOUCHARD L., Physique du solide, Paris
-  VAUTIER R. Électronique, Poitiers
-  VERON M., Thermique industrielle, Paris
-  VOGEL Th., Recherche physique, Marseille
-  WEIL L., Thermodynamique, Grenoble
-  WERTHEIMER R., Physique générale, Lille
-  YVON J., Physique nucléaire, Paris

SCIENCE DE LA TERRE

Géologie

-  BEAUMONT C., BRGM, Paris
-  BELLAIR P., Sédimentologie, Paris
-  BONTE A., Géologie appliquée, Lille
-  CAILLEUX A., Pétrographie, sédimentologie, Paris
-  DANGEARD L., Paléontologie, Caen
-  DREYFUSS M., Minéralogie, Besançon
-  DUCHAUFOUR Ph., Pédologie, Nancy
-  GOLDSZTAUB S., Minéralogie, pétrographie, Strasbourg
-  PATTE E., Anthropologie, Poitiers
-  ROUBAULT M., Géologie appliquée, Nancy
-  SCHOELLER H., Hydrogéologie, Bordeaux
-  WEIL R., Minéralogie, pétrographie, Strasbourg.

Géophysique

-  CAGNIARD L., Géophysique appliquée, Paris
-  CLAUSSE M., Météorologie, Paris
-  COULOMB J., Physique du globe, Paris
-  LLIBOUTRY, Glaciologie, Grenoble

MATHÉMATIQUES

-  JANET M., Paris
-  RIGAL J. L., Besançon
-  SCHWARTZ L., Paris

SCIENCES DE LA VIE

-  BARON C., Biologie appliquée, Paris
-  CHVALLIER R., Microbiologie, Paris
-  DELAMARE-DEBOUTEVILLE C., Biologie marine, Paris
-  ETCHECOPAR R. D., Migration mammifères et oiseaux, Paris
-  GAUSSEN H., Botanique, Toulouse
-  HUSSON R., Biologie animale, Dijon
-  LAVOREL J., Photosynthèse, Paris
-  LE GRAND Y., Optique physiologique, Paris
-  LONG G., Écologie, Montpellier
-  NOIROT CH., Zoologie, Dijon
-  PESSON P., Zoologie appliquée, Paris
-  ULRICH R., Physiologie végétale, Paris
-  VALETTE G., Pharmacologie, Paris
-  VIENNOT-BOURGIN G., Pathologie végétale, Paris

SCIENCES AGRONOMIQUES

-  BERGMANN D. R., Économie rurale, Paris
-  DIEHEL R., Agronomie Générale, Toulouse
-  HENIN S., Agronomie Générale, Paris
-  VENET J., Technologie forestière, Nancy

MÉDECINE

-  BRESSOU C., Paris
-  DELAY J., Paris
-  HALPERN B., Paris
-  JUSTIN-DESANÇON L., Paris
-  PASTEUR VALLERY-RABOT, Paris

BÂTIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS

-  L’HERMINE R., Étude des matériaux, Paris
-  PELTIER R., Matériaux (Pts et Ch.), Paris

GAZ DE FRANCE

-  DELSOL R., Gaz de ville, Paris

SCIENCES HUMAINES

-  AYMAD A., Doyen Fac. Lettres, Paris
-  BEUCHET J., Psychologie, Rennes
-  GARAUDY R., Esthétique, Clermont
-  GODECHOT J., Doyen Fac. Lettres, Toulouse
-  IRIGOIN M., Civilisation grecque, Poitiers
-  MALRIEU Ph., Psychologie, Toulouse
-  MARACHE R., Doyen Fac. Lettres, Rennes
-  MUCCHELLI R., Psychologie, Rennes
-  POTTIER B., Linguiste, Strasbourg
-  RICCI J., Études Germaniques, Clermont
-  RICHARD J. F., Psychologie, Rennes
-  TAILLEFER F., Géographe, Toulouse

Un message, un commentaire ?

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

forum qui etes vous



Haut de pageMentions légalesContactRédactionSPIP